FNACA DE PARIS

Comité départemental de la Fédération Nationale des Anciens Combattants d'Algérie, Maroc et Tunisie

Résultat de la Souscription 2020

Compte tenu du confinement qui nous a été imposé par la pandémie du Covid 19, le tirage de la souscription 2020 qui devait, en principe avoir lieu le 20 mai 2020, n’a pu être effectué que le 2 juin 2020.

Voici les résultats :

 

N° DE LOT

 

N° GAGNANTS

 

LOTS GAGNANTS

 

1

 

15909

 

1 Croisière (pour 2 personnes)

 

2

 

43081

 

1 Semaine à Flumet (pour 2 personnes)

 

3

 

34130

 

1 Téléviseur Grand écran

 

4

 

39452

 

1 Téléviseur Petit écran

 

5

 

19246

 

1 Tablette

 

6

 

29301

 

12 Bouteilles de Champagne

 

7

 

06625

 

2 Diners sur un « Bateau-Mouche »

 

8

 

22686

 

2 Déjeunes à la « Tour Eiffel »

 

9

 

07113

 

1 GPS « Tom Tom »

 

10

 

52436

 

2 Places de Théâtre

 

11

 

14601

 

1 Excursion à Giverny (pour 2 personnes)

 

12

 

53956

 

1 Dîner au « Procope » (pour 2 personnes)

 

13

 

63586

 

6 Bouteilles de Champagne

 

14

 

05042

 

6 Bouteilles de » Saint – Amour »

 

15

 

41476

 

1 Cafetière « Nespresso 

 

16

 

54541

 

1 Téléphone fixe

 

17

 

16000

 

6 Bouteilles de « Cheverny »

 

18

 

47674

 

2 Entrées au « Musée Grévin »

 

19

 

48965

 

2 Entrées au « Musée d’Orsay »

 

20

 

26749

 

2 Entrées au « Musée de la Marine »

Vient de paraître

LA SECONDE VIE DES PIEDS-NOIRS EN FRANCE, de 1962 à nos jours

L’ARRIVÉE, UNE FORMALITÉ PAS SI SIMPLE

L’arrivée, une formalité pas si simple. « J’avais le sentiment de débarquer sur la lune »

L’arrivée, une formalité pas si simple. « Ils osent à peine voir […] ces docks giflés par le mistral »

L’arrivée, une formalité pas si simple. « Mes parents avaient des biens […], ils ont tout perdu »

L’arrivée, une formalité pas si simple. « Un certain progrès sur le néant et l’arbitraire »

L’arrivée, une formalité pas si simple. « Ils ne reçoivent [les prestations] qu’après plusieurs semaines de démarches déprimantes »

Liberté, Égalité… Animosité

Liberté, Égalité…Animosité. « LES PIEDS-NOIRS,RENTREZ CHEZ VOUS !  

Liberté, Égalité…Animosité. « L’ACCENT EST TRÈS MARQUANT, COMME UNE COULEUR DE PEAU »

Liberté, Égalité… Animosité. « LES MARSEILLAIS NOUS REGARDAIENT COMME DES BÊTES CURIEUSES »

Liberté, Égalité…Animosité. « QU’ILS AILLENT SE RÉADAPTER AILLEURS ET TOUT IRA POUR LE MIEUX »

Liberté, Égalité…Animosité. L’ASSOCIATION FAIT LA FORCE

Liberté, Égalité…Animosité. « L’ÉGLISE A FAIT APPEL À LA SOLIDARITÉ NATIONALE »

Liberté, Égalité…Animosité. « LA FRANCE DOIT OFFRIR À SES ENFANTS LE SECOURS DE LA COMMUNAUTÉ »

Liberté, Égalité…Animosité. Le Château de France et son mobilier « Louis-Caisse »

Les indemnisations : un casse-tête au long cours

D’ALGER À PARIS, ILS TIENNENT LE HAUT DE L’AFFICHE

D’Alger à Paris, ils tiennent le haut de l’affiche. Roger Hanin, dans la peau de Navarro

D’Alger à Paris, ils tiennent le haut de l’affiche.Patrick Bruel, du sirocco au vent de folie

D’Alger à Paris, ils tiennent le haut de l’affiche. Alain Afflelou, les yeux vers Mascara

D’Alger à Paris, ils tiennent le haut de l’affiche. Henri Borgeaud, « le Seigneur » privé de royaume

D’Alger à Paris, ils tiennent le haut de l’affiche. Yves Saint Laurent, des gorges d’Algérie aux défilés de mode

D’Alger à Paris, ils tiennent le haut de l’affiche. Les lettres de noblesse de Paul Robert

D’Alger à Paris, ils tiennent le haut de l’affiche. Marcel Demonque, un patron qui ne laisse pas « béton »

D’Alger à Paris, ils tiennent le haut de l’affiche. Daniel Auteuil, les gazouillis du roumi

D’Alger à Paris, ils tiennent le haut de l’affiche. Isidore Partouche, le roi du casino

D’Alger à Paris, ils tiennent le haut de l’affiche. Marlène Jobert, la fille de Birkhadem

D’Alger à Paris, ils tiennent le haut de l’affiche. Jean-François Poupinel, un homme de réseau

D’Alger à Paris, ils tiennent le haut de l’affiche. Jean-Claude Beton, secoués de père en fils

D’Alger à Paris, ils tiennent le haut de l’affiche. Jean-Pierre Bacri, le génial grincheux de Castiglione

D’Alger à Paris, ils tiennent le haut de l’affiche. Georges Blachette, le colon déchu

D’Alger à Paris, ils tiennent le haut de l’affiche. Étienne Daho, aussi breton qu’algérien

D’Alger à Paris, ils tiennent le haut de l’affiche. Paul Belmondo, façonné à Alger

D’Alger à Paris, ils tiennent le haut de l’affiche. Laurent Schiaffino, dans les remous de l’indépendance

D’Alger à Paris, ils tiennent le haut de l’affiche. Jean Daniel, l’observateur camusien

D’Alger à Paris, ils tiennent le haut de l’affiche. Guy Bedos, l’humoriste à l’enfance triste

D’Alger à Paris, ils tiennent le haut de l’affiche. Eux aussi sont nés en Algérie

D’Alger à Paris, ils tiennent le haut de l’affiche. André Carrus, Tiercé gagnant !

DE L’ALGÉRIE AU RESTE DU MONDE

J’Y SUIS, J’Y RESTE…

UN ÉTAT À CONSTRUIRE

LA COULEUR POLITIQUE DES PIEDS-NOIRS

LA MÉMOIRE DANS LA PEAU

LA TENTATION DU RETOUR

LE CHOC DES GÉNÉRATIONS

BOUILLON DE CULTURE. LIVRES

BOUILLON DE CULTURE. ASSOCIATIONS

BOUILLON DE CULTURE. FILMS

REMERCIEMENTS

 

Parution des pages départementales de juin-juilet 2020

Avis de recherche de petits-enfants d’appelés en Algérie

Doctorant à Sciences Po où je travaille sur les mémoires de la guerre d’Algérie chez les jeunes, je cherche à entrer en contact avec des descendants d’anciens appelés en Algérie.
J’essaie de savoir ce que les jeunes français ont comme mémoire et images de l’Algérie française, de la guerre et de ses acteurs, d’où ils tiennent ces représentations et surtout qu’est-ce qu’ils en font.
Je travaille plus particulièrement sur les descendants de personnes ayant connu ou participé au conflit (la 3e génération, les petits-enfants de pieds-noirs, d’appelés, de harkis, de militants pour et contre l’indépendance, de Juifs d’Algérie, d’immigrés algériens etc). Je recherche en ce moment à faire des entretiens avec des petits enfants d’appelés âgés de 16 à 30 ans environ.
Je suis joignable au 06 83 11 46 45 ainsi que par email paul.morin@sciencespo.fr
Merci d’avance de l’attention que vous porterez à cette demande
Paul Max Morin

Communiquer aujourd’hui… et demain ?

Aux adhérents de la FNACA de Paris

La période que nous vivons nous interpelle quant à notre volonté partagée de maintenir des liens à la fois amicaux et informatifs nécessaires à notre vie sociale et à la vie des comités. Nous sommes pour la plupart des utilisateurs communiquant grâce aux téléphone, par SMS, via internet…
Autour de nous dans nos familles ont fleuri les vocables anglophones : Twitter, Skype, WhatSapp, FaceTime et la visioconférence ! Devrons-nous y souscrire et devenir des adeptes de ces nouvelles religions, rejoignant ainsi nos enfants et petits-enfants ? Dans un premier temps nous souhaitons collecter le maximum d’adresses « mails », pardon « courriels ». Pour cela nous vous demandons de vous rapprocher de vos responsables locaux et de leur communiquer vos coordonnées et fonction. Nous pourrons ainsi vous informer plus vite et, de plus, soulager les finances. Merci par avance.
La collecte de ces courriels permettra de constituer, en respectant les disposition juridiques «Informatique et Liberté», un fichier qui sera déclaré à la CNIL.

Disparition de Cécile Rol-Tanguy

La famille Rol-Tanguy communique :

Cécile ROL-TANGUY est décédée ce jour 8 mai 2020 à 12 h 10, à son domicile de Monteaux (Loir-et-Cher), à l’âge de 101 ans. Avec elle disparaît une des dernières figures de la Résistance intérieure française et plus précisément de la Libération de Paris en août 1944.

Porteuse des plus hautes distinctions de la République (Grand Officier de la Légion d’honneur, Grand Croix dans l’Ordre national du Mérite, Médaille de la Résistance, Croix du Combattant Volontaire de la Résistance), elle était emblématique de la place de femmes dans le combat contre Vichy et l’occupant nazi. Cécile ROL-TANGUY soulignait toujours qu’elle n’acceptait ces décorations qu’en hommage à toutes les femmes de l’ombre, rouages indispensables de la lutte clandestine. Aux déportées, aux internées, à toutes celles assassinées par l’ennemi et pourtant si souvent oubliées à l’heure de la victoire. A toutes les femmes qui, comme elle, une fois la guerre terminée, reprirent simplement leur place dans la vie quotidienne de leur famille et du pays.

Née Cécile LE BIHAN le 10 avril 1919, elle était la fille unique de François LE BIHAN, ouvrier électricien, militant du Parti Communiste Français depuis sa création en 1920 et dirigeant syndical de la CGT, déporté-résistant mort à Auschwitz en 1943 et de Germaine JAGANET, femme au foyer et résistante, elle aussi.

L’engagement de Cécile ROL-TANGUY date de 1936, du Front Populaire et de la guerre d’Espagne. C’est au Syndicat des Métaux CGT de Paris, où elle est employée, qu’elle rencontre Henri TANGUY, dirigeant des métallos parisiens, combattant volontaire dans les Brigades Internationales aux côtés de la République espagnole attaquée par Franco. Ils se marient en 1939, juste avant la guerre durant laquelle il est mobilisé en première ligne.

Dès la fin juin 1940, alors qu’elle vient de perdre leur premier enfant, Françoise, le jour de l’entrée de la Wehrmacht dans Paris, elle rejoint ce qui deviendra la Résistance. Elle tape des tracts, des journaux syndicaux et autres documents illégaux de la CGT interdite et travaille pour les avocats communistes qui défendent les premiers emprisonnées du régime de Vichy.

Le 18 août 1940, elle accueille Henri TANGUY à Paris, tout juste démobilisé. Le jour même, elle le met en contact avec les cadres clandestins de la CGT. Quatre ans plus tard, jour pour jour, elle tapera l’ordre de l’insurrection parisienne que son mari – devenu le colonel ROL, Chef militaire régional des FFI de l’Ile de France- lui dictera à l’aube de la semaine insurrectionnelle victorieuse de la capitale. Entre temps, le couple a plongé dans la clandestinité dès octobre 1940. Elle vivra alors, aux côtés de son époux dont elle est l’agent de liaison, la vie clandestine des résistants. Elle donnera aussi le jour – en mai 1941 et novembre 1943 – à deux enfants, Hélène et Jean.

Elle participera à la semaine insurrectionnelle de Paris du 19 au 26 août 1944, au cœur de la décision et de l’action, dans le PC souterrain du Colonel ROL, sous la place Denfert-Rochereau. Elle sera la seule femme présente quand le Général De Gaulle recevra l’Etat-Major des FFI d’Ile-de-France, le 26 août 1944 à l’Hôtel de Ville. Cécile et Henri Rol-Tanguy, avec Lucie et Raymond Aubrac, resteront comme les deux couples symboles de la Résistance intérieure française. Après-guerre, elle donnera naissance à deux autres enfants, Claire (1946) et Francis (1953) et demeurera l’indispensable collaboratrice de son mari.

Jusqu’à son dernier souffle, Cécile ROL-TANGUY témoignera de sa fidélité à l’utopie généreuse du communisme, à ses engagements de jeunesse pour la justice sociale et l’émancipation des femmes.

LIRE LA SUITE

Vient de paraître (extraits)

Comité du XIVe : Disparition

Le mardi 28 avril 2020, nous avons accompagné par la pensée notre ami et regretté René Churaqui, président de la Fédération Nationale des Déportés, Internés, Résistants et Patriotes, qui nous a quittés le 19 avril 2020.
René a toujours été à nos cotés pour toutes les cérémonies du souvenir. Lui, qui a travers son histoire singulière a subi le joug nazi et a lutté toute sa vie pour la mémoire des victimes des camps de la mort.
Affable, discret, il avait toujours un mot gentil et une attention pour chacun d’entre nous.Nous nous inclinons respectueusement devant l’homme de courage et de paix qu’il nous a toujours donné à voir.
Nous les Anciens Combattants nous engageons à poursuivre son combat « ne jamais oublier, lutter sans relâche contre la barbarie, pour la paix et la fraternité entre les peuples».
Désormais, nous mettrons un visage et un nom quand nous entendrons « Le Chant des Partisans » ou « Nuit et Brouillard ».

Le Comité FNACA 14

Comité du XIIe : Disparition

C’est avec une grande tristesse que nous déplorons le décès de Jacques Wittenberg.
Trésorier du Comité FNACA du 12e et porte-drapeau du Comité d’Entente des Associations d’Anciens Combattants du 12e. Ses deux fonctions qu’il remplissait avec une grande responsabilité. Il nous laisse le souvenir d’une personne souriante, aimable et toujours disponible.

Nous renouvelons nos sincères condoléances à son épouse ainsi qu’à sa famille et ses proches.

Le Bureau du comité du XIIe arrdt

Vient de paraître

 

 

Page 1 of 23

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén