Retour sur le colloque « La Guerre d’Algérie au cinéma »

«Transmettre la Mémoire» un objectif constant que l’Espace Parisien Histoire Mémoire Guerre d’Algérie s’emploie à développer depuis sa création officielle en 2008. Au cours de ses dernières années les cinq associations d’anciens combattants regroupant prés de 10 000 membres ont à leur actif un Festival des Images, deux Forums des Ecrivains, de multiples témoignages, des expositions, des conférences, développant un site internet ephmga.com et une lettre d’informations.

Le 5 octobre l’auditorium et le foyer de l’Hôtel de Ville de Paris accueillaient tout au long de la journée prés de 400 personnes qui ont participé à l’ensemble du programme. Un important travail fut mené en amont afin de contacter dans un premier temps des intervenants conciliant « plume et pellicule » et en veillant à observer une pluralité et un équilibre dans les sujets

Parmi les participants les représentants de l’ONAC, du Ministère de la Défense, de L’AMPROMEVO , des professeurs accompagnés de leurs élèves comme ceux de terminale du lycée Richelieu de Rueil, des réalisateurs, les anciens combattants et des représentants d’associations diverses liées à la mémoire , à noter la présence de nombreux thésards portables sur les genoux

De par leur personnalité, le thème abordé, la qualité de leur prestation chaque intervenant a su capter l’attention d’un auditoire omniprésent. Le programme était ambitieux, peut-être trop car le temps passa très vite écourtant d’autant le dialogue avec le public. (Détail imprévu, une interruption dans le cadre d’un exercice d’évacuation de la Mairie). Tout au long de ce colloque si la production d’œuvres cinématographiques française apparaissait importante bien que relative, la comparaison avec des réalisations étrangères faisait ressortir quelques lacunes : le réalisme ou non des scènes, la mise en scène parfois édulcorée, la frilosité des thèmes .Les intervenants et le public ont pu déplorer l’absence de diffusion en France de films algériens pouvant apporter ainsi une vision parallèle des événements, ainsi que la censure dans la diffusion de certaines œuvres sans doute « dérangeantes » voire leur disparition étonnante des écrans ou l’indifférence de la population de cette guerre qui n’osait dire son nom.

Cette journée a permis de se souvenir, de redécouvrir voire de découvrir pour certains la richesse d’un patrimoine cinématographique très divers dans son expression. A travers chaque film, de par les situations et les dialogues, grâce au jeu des acteurs, les anciens combattants que nous sommes y trouvent la traduction imagée certes partielle de ce que fut le long et douloureux épisode de leur jeunesse. Ce morceau de vie ils tiennent à le léguer aux jeunes générations, tel est l’enjeu que ce donne notre association.

Jean Cocteau déclarait : « Le cinéma c’est l’écriture moderne dont l’encre est la lumière ».

L’EPHMGA a fait sienne cette citation en espérant contribuer à la transmission de la Mémoire.

« Demain se nourrit du passé et du présent, la jeunesse est porteuse d’espoir et respectueuse de la Mémoire, faisons lui confiance ».

Jean-Pierre LOUVEL, Président de l’Espace Parisien Histoire Mémoire Guerre d’Algérie

RETROUVEZ LE COLLOQUE EN PHOTOS

47e CONGRÈS DÉPARTEMENTAL DE LA FNACA DE PARIS

Le 29 novembre 2017 de 9h à 17h30 à la salle des fêtes de la Mairie du 13e (Métro Place d’Italie)

SOYONS NOMBREUX POUR :

• Faire le bilan des actions que nous avons menées durant l’année FNACA 2016-2017 et les avancées concernant nos droits ;
• Approuver le Rapport Moral et d’Activité ainsi que les Comptes de l’exercice 2016-2017 ;
• Renouveler notre Comité départemental et notre Bureau départemental ;
• Fixer la feuille de route pour les deux prochaines années – la défense de nos droits et les actions à entreprendre – et en particulier le 60e anniversaire de la FNACA en 2018 ;
• Présenter et adopter la résolution du 47e Congrès ;
• Clôturer le 47e Congrès par l’allocution de Michel Duplenne, membre du Comité National de la FNACA.

NOUS VOUS ATTENDONS DONC TRÈS NOMBREUX…
POUR QUE VIVE LA FNACA

La Mairie du XIIIe arrdt

Le mot de Michel Duplenne, membre du comité national de la FNACA et du conseil d’administration de « l’Ancien d’Algérie »

Chers amis,

C’est avec plaisir que j’ai répondu à l’invitation de vos responsables, et en particulier votre président Jean Laurans avec lequel nous avons en commun des souvenirs de notre période militaire en Algérie. Vous m’avez fait l’honneur de participer à vos travaux de congrès le 29 novembre 2017. Dans la mairie du XIIIe arrondissement, une mairie qui m’évoque bien des souvenirs. Je pense à notre regretté Maurice Sicart qui a tant fait pour que notre fédération soit toujours reconnue comme la plus importante du monde combattant.
C’est la première fois que j’aurai le plaisir de vous rencontrer en tant que responsable, que j’aurai le pouvoir de dire tout le bien que je pense du comité de Paris qui rayonne tant sur le plan national avec comme point d’orgue le 19 mars.
Ensemble nous ferons le point sur la situation actuelle de nos revendications et nous continuerons sans relâche de nous mobiliser pour l’obtention de ces revendications. Il ne faut surtout pas oublier que nous devons êtres très vigilants pour conserver nos acquis et les défendre avec vigueur le cas échéant. Ce que nous avons obtenu au prix de luttes incessantes depuis plus d’un demi-siècle, il faut le conserver et continuer à aller de l’avant.
Les anciens combattants d’Afrique du Nord ont un rôle important, celui de faire connaître aux jeunes générations l’Histoire, celle qu’ils ont vécue à l’âge de vingt ans, pas celle déformée dont les médias nous abreuvent trop souvent.
Cela s’appelle Mémoire-Histoire, une facette très importante de notre fédération et pour laquelle le comité de Paris œuvre d’une manière remarquable organisant expositions, films et le colloque qui vient de se dérouler à l’auditorium de la mairie de Paris.
Je vous donne rendez-vous pour ce congrès, lieu de rassemblement permettant de faire le point après les élections présidentielles, législatives, sénatoriales qui ont modifié le paysage de nos représentations parlementaires. Il faut leur faire savoir que beaucoup de nos revendications non pas encore abouties. Le congrès permet également de se retrouver en toute convivialité, donc je vous attends très nombreux.
Bien cordialement.
Michel Duplenne

Comité du XVe : « La mémoire dévoilée… »

À l’occasion du 55e anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie – la plus longue du XXe siècle – la Fnaca du 15e et le LAC présentent : « La mémoire dévoilée » après un si long silence…

Une grande exposition photos en trois parties, rétrospective des divers moments, vécus par nos soldats, appelés en Algérie de 1954 à 1962. En tout, plus de 300 photos décrivent ce qu’ils n’ont jamais pu – ou voulu – raconter à leur famille au retour de leur service. La première partie, chronologique, montre les combats sur le terrain. La seconde est basée sur les moments de vie des appelés au service de leur pays, La troisième sur les souvenirs de ce qu’était la vie en Algérie avant 1954.

Information
À l’occasion de cette exposition, le LAC présentera ses peintres dans le grand hall de la Mairie. Avant de découvrir leur « mémoire dévoilée », venez admirer leurs expressions artistiques.

Horaires
Exposition ouverte de 9h à 17h du 17 au 21 octobre 2017
Mairie du 15e arrdt de Paris, 31 rue Péclet
Métro Vaugirard, ligne 12 / Bus 80-70-88-39