Parution du dernier livre d’Alain Ruscio

Les communistes et l’Algérie
Des origines à la guerre d’indépendance, 1920-1962

d’Alain RUSCIO

C’est un paradoxe : l’histoire du communisme reste aujourd’hui encore, alors que ce mouvement n’a plus dans la vie politique ni le poids ni la force d’attraction d’antan, un objet de controverses à nul autre pareil, en « pour » et en « contre ». Cet état d’esprit atteint un paroxysme lorsqu’il s’agit d’évoquer les actions et analyses du communisme – français et algérien – face à la question coloniale en Algérie, des origines dans les années 1920 à la guerre d’indépendance (1954-1962). Et s’il était temps, écrit Alain Ruscio, de sortir des invectives ?
C’est l’ambition de cette somme exceptionnelle, qui propose une plongée dans les méandres – le mot s’impose – des politiques communistes des deux côtés de la Méditerranée (PCF et PCA) durant plus de quatre décennies. Des tout premiers temps, lorsque le jeune parti commençait à s’affirmer et tentait de briser le consensus colonial, aux tempêtes de la guerre d’Algérie, en passant par les espoirs et illusions du Front populaire. Les relations avec le nationalisme algérien, qui ne furent jamais simples, sont finement analysées, avec le récit d’un grand nombre d’épisodes ignorés ou mal connus et l’évocation de parcours de multiples acteurs, qui donne chair à cette saga.
Novateur, l’ouvrage d’Alain Ruscio ne l’est pas seulement par son esprit. L’historien a utilisé tous les fonds d’archives spécialisés, dont ceux du PCF, désormais accessibles, révélant des documents totalement nouveaux. On découvrira, au fil des pages, non pas une ligne politique, mais une succession, et parfois une cohabitation, de logiques et de pratiques.

Communiqué de la FNACA

Une profanation intolérable !

La Fédération Nationale des Anciens Combattants en Algérie, Maroc et Tunisie (FNACA), qui regroupe près de trois cent mille adhérents, exprime sa plus vive indignation à la suite des graves dégradations perpétrées à l’Arc de Triomphe ce 1er décembre.
Une telle profanation du lieu où repose, depuis 98 ans, le Soldat Inconnu qui symbolise le sacrifice suprême des un million quatre cent mille poilus de 14-18, et de tous ceux qui sont morts pour la France, révèle un effrayant déficit culturel et civique !
Rien ne saurait justifier de pareilles violences en cet endroit.
La FNACA considère plus que jamais que la Justice sociale doit accompagner une transmission de la Mémoire et des valeurs  de Liberté, d’Egalité et de Fraternité qui constituent le socle de notre République.
Elle demande que les coupables soient rapidement identifiés et impitoyablement poursuivis en Justice.

6 octobre 2018, cérémonie en hommage à l’ensemble des victimes de l’OAS en Algérie et en France

RGAU-PL-6-X-18 (14)

Le 7e anniversaire de la stèle que le maire de Paris, M. Bertrand Delanoë, a dévoilée, le 6 octobre 2011, en hommage à l’ensemble des victimes de l’OAS en Algérie et en France a été célébré hier, de 11h00 à 12h00 au cimetière du Père-Lachaise.

La cérémonie a réuni près d’une cinquantaine de personnes, à l’invitation conjointe de l’Association nationale pour la protection de la mémoire des victimes de l’OAS et de l’association « Les Amis de Max Marchand, de Mouloud Feraoun et de leurs Compagnons ».

L’Ile-de-France n’était pas seule représentée : certains participants venaient des régions Centre-Val de Loire et Normandie et même d’Algérie.

Les présidents et membres des associations organisatrices étaient entourés des représentant(e)s de l’Association Germaine Tillion (en la personne de Mme Nelly Forget), du Comité Vérité et Justice pour Charonne (en la personne de son président, Henri Cukierman), de la FNACA de Paris (en les personnes de Jean Laurans, président départemental, ainsi que de Mme Anick Sicart et de M. Pierre Fassy, respectivement secrétaire générale et porte-drapeau du comité du 13e arrondissement).

LIRE LA SUITE…

RGAU-PL-6-X-18 (13)