LA BALLADE DES MANGAS

de Jean-Pierre FARKAS

thumb_farkasLa guerre d’Algérie, Mai 68, De Gaulle, New York, c’est un demi-siècle de journalisme dans la vie de Jean-Pierre Farkas. Des réussites, de grandes peurs, quelques ratages, mais surtout la passion de l’information : raconter, expliquer, vérifier, décrypter l’actualité. Pour les journaux, les radios, la TV et aujourd’hui le numérique, mais d’abord et toujours le public…
C’est d’ailleurs aussi le secret des Mangas japonais pour nous faire comprendre ce qu’ils racontent en dessinant, et c’est pourquoi l’auteur a choisi le même format, sans croquis bien sûr, mais il nous propose des récits plutôt courts selon la vieille tradition classique des trois unités de temps, de lieu, centrée sur un seul personnage. C’est pourquoi les grands évènements s’écrivent souvent avec de petites histoires, surtout en journalisme.

RTL et Radio-France, Combat et Paris-Match, Elle, les baroudeurs du reportage, le crépitement des agences de presse, tout cela, Jean-Pierre Farkas l’a vécu « en direct ». C’était sa vocation, ce fut son école permanente. Son plus grand honneur, ces quelques mots de sa grande amie, Françoise Giroud : « ce virus-là, il arrive qu’on en meure, jamais qu’on en guérisse. Jean-Pierre Farkas a le journalisme dans la peau, dans les yeux, dans la tête. »

farkas1

Découvrez le témoignage de Jean-Pierre FARKAS sur le site de l’ESPACE PARISIEN HISTOIRE MÉMOIRE GUERRE D’ALGÉRIE